Contexte

Le bruit produit par les activités humaines est une nuisance environnementale très présente, en particulier dans les zones urbaines qui concentrent la majorité des citoyens des états-membres de l’Union Européenne. Aujourd’hui près de 80 millions de personnes seraient exposées à des niveaux jugés inacceptables par les experts. Gêne, troubles du sommeil, stress, maladies cardio-vasculaires, retard dans l’apprentissage… les effets sont nombreux.

    

Cependant, à la différence d’autres problématiques environnementales comme la qualité de l’air, la pollution sonore reste le parent pauvre des problématiques environnementales. Par fatalisme ou manque d’appropriation de la problématique, le grand public semble peu mobilisé. Ceci est d’autant plus paradoxal que les enquêtes d’opinions font ressortir la problématique du bruit parmi les 3 premières nuisances environnementales.
 
Dans ce contexte, l’Union Européenne a décidé d’agir à travers une politique générale de réglementation, déclinée à travers plusieurs directives visant à réduire l’exposition des populations au bruit dans l’environnement. Si l’information commence à devenir une réalité avec la publication des cartes de bruit, première étape de l’application de la directive 2002/49/CE, il faut la rendre encore plus proche de la réalité du vécu des populations, plus compréhensible et plus accessible pour sensibiliser le grand public et les autorités.
 
Augmenter l’appropriation de la problématique du bruit par le grand public et les autorités constitue donc un levier nécessaire pour accroître l’efficacité des politiques de réduction du bruit dans l’environnement. C’est sur cet enjeu environnemental que le projet Harmonica a souhaité développer une nouvelle approche.